21 Avr 2020

Le Jour d’Après : vers une mutation du monde professionnel et de nouveaux enjeux.

Nous vivons actuellement une crise sanitaire sans précédent qui nous plonge dans une incertitude économique inédite. L’Ancien Monde s’efface petit à petit, les cartes sont rebattues. La société, telle que nous la connaissons aujourd’hui va devoir s’adapter à de nouvelles problématiques de transformation, notamment dans le monde du travail. Mais à l’heure exacte où nous subissons de plein fouet un confinement gênant, si nous devions anticiper un bilan de cette expérience collective mondiale : n’est-ce finalement pas un mal pour un bien ? N’allons nous pas vers de nouveaux challenges sociétaux plus responsables, plus respectueux de l’environnement, et de ce fait, plus excitants ? N’est-ce pas une leçon de vie dont nous pourrions sortir grandis ? Car oui, derrière cette crise sanitaire, se cache une mutation du monde professionnel et de nouveaux enjeux que nous saurons mener à bien au cours des prochaines décennies.

2020. Il semblerait que cette année là, on ne l’oubliera pas de sitôt. Un virus sous-estimé pour nous plonger ex tempore dans une décroissance à l’échelle mondiale. Je pense que nos enfants et nos petits-enfants ne nous croiront peut-être pas lorsqu’ils seront en âge de comprendre. Non pas parce que cela pouvait paraître impossible, mais parce qu’entre leur futur monde et tout ce que nous allons mettre en place d’ici là pour l’atteindre, de nombreuses et conséquentes transformations majeures vont refaçonner notre société et nous donner à repenser nos relations interprofessionnelles.

La recrudescence du télétravail, nécessaire en cette période d’isolement, les preuves réelles et tangibles de l’amélioration de l’état de notre planète lorsque nos industries tournent au ralenti, la nécessité de reprioriser certains secteurs, notamment celui de la santé, dernier rempart entre nous et un virus qui ne nous faisait pas bien peur quelques semaines auparavant… Tout cela, nous l’observons en ce moment même. Et puis, cette sensation par voie de faits que rien n’est définitif, rien n’est inamovible : tout peut changer et basculer en si peu de temps, que l’on file tout droit vers de nouveaux process à imaginer, à concevoir. Beaucoup de travail nous attend, et c’est aussi tant mieux car les errements de ces derniers mois nous prouvent que nous allons pouvoir rebondir. Prendre le meilleur de ces échecs pour créer de la réussite dans l’avenir.

Créer les événements de demain avec la résilience comme leitmotiv

Aujourd’hui, nous tournons tous au ralenti. Mais nous ne sommes pas à l’arrêt : nous nous mobilisons de plus en plus pour créer des initiatives solidaires. De plus en plus, nous nous enlevons ces œillères que nous portions car nous étions plongés dans nos business respectifs, à procrastiner sur des choses qui nous apparaissent aujourd’hui comme essentielles et vitales.  Le monde de l’événementiel n’est pas exempt de ces profonds bouleversements, et pour cause ; une redéfinition des besoins des entreprises lors de leurs habituelles conventions va aussi pousser les professionnels du secteur à revoir leurs thématiques, à penser de nouveaux types d’événements, dans le but de “raccrocher les wagons” en recréant le lien entre les collaborateurs. Après plusieurs semaines de confinement international, il sera nécessaire aux personnes de se retrouver pour passer les “frontières” du digital que nous aurons mis en place durant ce laps de temps. Cela sera plus qu’un besoin : cela sera une évidence. C’est par l’adoption de comportements résilients que commenceront ces transformations.

L’inconnue de cette situation inédite reste encore et toujours la durée des mesures fortes prises par les gouvernements. Mais après les fermetures, quoi de plus normal et logique que de ré-ouvrir ? Nous disposons du temps nécessaire pour ré-envisager notre monde, imaginer quel paysage nous trouverons derrière la porte que nous ouvrirons timidement mais avec détermination, le jour voulu.  Imaginer, oui. Penser, créer. C’est à cela aussi que sert la période. Jamais encore nous avions eu autant de temps et de contexte pour nous améliorer. Pour espérer aussi. Nos valeurs sont redéfinies, non pas qu’elles changent : nous avons juste l’occasion de mettre en action tous nos meilleurs principes. Une crise, dites-vous ? A échelle humaine, certes. Mais pendant ce temps, notre planète elle, se remet doucement de nos errements climatiques et de notre empreinte parfois trop marquée.

Plus que du Team Building : du Team Rebuilding

Cela nous amène donc aujourd’hui à réfléchir positivement au monde de demain. Que sera l’événementiel du futur ? Comment les sociétés orienteront leurs futurs séminaires ? Déjà, nous constatons des changements importants en cours de crise. Et ils ne sont pas si néfastes si l’on y réfléchit bien : notre planète se soigne, les initiatives solidaires se multiplient, des vertus d’humanité comme la confiance ou la générosité, fleurissent et s’étendent désormais comme une marée humaine. Les entreprises, tous domaines confondus, seront impactées dans leur culture et de nouvelles forces émergeront de cette épreuve. Les gens auront besoin de parler, de se voir, de s’écouter, de partager et dans une moindre mesure, d’exister. Il leur faudra plus qu’organiser un simple team building visant à consolider la cohésion de groupe ou à fêter des objectifs atteints : il leur faudra reconstruire une dynamique d’équipe, avec une certaine forme de résilience positive ; reconstruire une équipe, non pas grâce mais aidé d’un team rebuilding pertinent. Non pas pour affronter ses démons ou soigner des blessures humaines de l’après-COVID. Mais pour pouvoir optimiser et calibrer son équipe afin de profiter au maximum des prometteuses opportunités que nous offrira le jour d’après. Le monde de demain.